Étirements cinéphiles

Ouvert Sandales Forme Avec Argenté Escarpins Plate Bout bgf67yvY
Le panier garni de l’hiver 2019

Chaque année, les éditions Montparnasse se décarcassent pour nous offrir des films et des documentaires classés en « Haute Qualité Cinématographique », une certification qui garantit aux…

Basses Bronx Décontractées Lacets Chaussures Baskets Sport Femme À thrCQds
Cinéma à la une
1

Le panier garni de l’hiver 2019RobesMaisonamp; Ligne JardinHigh Lightinthebox De Achat Tech En Yb76yfg

Par
Cédric Janet
27 février 2019Classé dans : Films

Chaque année, les éditions Montparnasse se décarcassent pour nous offrir des films et des documentaires classés en « Haute Qualité Cinématographique », une certification qui garantit aux cinéphiles et cinéphages exigeants une isolation maximum contre les navets et les daubes. La sélection dont nous allons vous faire profiter est le geste éco-artistique essentiel contre la médiocrité.

 

Les indispensables Naked War, Coming In et Manon

Coup de projecteur sur le film de Joseph Paris Naked War qui revient sur la naissance en 2012 du mouvement Femen et du désir de ses rudes combattantes d’en découdre. Le réalisateur les a suivies durant une année, au plus près des évènements et au plus près du corps. Des corps nus qui leur servent d’armes, d’armures ou de boucliers contre toutes les formes d’oppression liberticide. Naked War n’est pas un outil de propagande mais un documentaire engagé qui s’interroge sur les qualités et les failles d’un groupe d’actions solidaires. Les femmes qui se mobilisent et militent chez les Femen ne sont pas dupes de l’image radicale qu’elles renvoient. Elles se savent aimées et se savent détestées quand elles piétinent sans regret les symboles de la société civile et religieuse. Mais parfois, elles se trompent, peut-on penser. Si la République française se nourrit de la liberté, de l’égalité et de la fraternité, les trois principes de la devise qu’elle s’est promise de nous transmettre et de nous instruire, il y a de quoi, aujourd’hui, rester dubitatif sur le contrat ! Les Femen, elles, mènent des assauts contre les systèmes qui s’arrogent le droit de penser à notre place. Si ces femmes vous défrisent, passez votre chemin, si elles vous touchent, Naked War fera avancer votre schmilblick !

Dans Coming In, Marlies Demeulandre raconte l’homosexualité au travail à travers les nombreuses et incontrôlables interactions qui pourrissent et entretiennent notre quotidien entre sphère privée, sphère publique et sphère professionnelle. Rien que ça ! Des interactions qui, précisons le, devraient s’écraser sur une frontière absolument imperméable, puisque des principes déontologiques nous garantissent l’étanchéité absolue entre boulot et dodo. Mais tel n’est pas le cas ! La porosité est aussi une affaire d’éthique et de morale. Sinon, les témoignages recueillis ne réduisent pas ces hommes et ces femmes à leur simple sexualité, loin de là, mais replacent dans le contexte historique et social leur condition dans le milieu du travail, révélant par la même occasion des situations bien plus complexes qu’on ne pourrait le penser (ça on s’en doutait !!). Les échanges, les réflexions et les tranches de vie sont l’occasion de mieux comprendre « qu’est-ce qu’être homosexuel à son époque et sur son lieu de travail ». La richesse des informations fait de Coming In un incroyable outil de sensibilisation pour les DRH en manque d’inspiration.

Manon d’Henri-Georges Clouzot se présente comme une adaptation de « Manon Lescaut » de l’Abbé Prévost. Comprendre par là qu’il s’agit plutôt d’une version « éthérée » du roman ! Comprendre par là que les ambitions formelles de Clouzot font de son film une œuvre singulière plutôt exigeante. Comprendre par là que ce n’est pas le film de Clouzot le plus facile. Comprendre par là que c’est aussi beau que chiant. Comprendre par là que le film a été récompensé par un Lion d’Or au festival de Venise en 1949. Comprendre par là que je ne suis pas hyper fan … Cette histoire d’amour sur fond de guerre reste tout de même une œuvre majeure dans l’histoire du petit cinématographe. A vous de tenter le voyage !

 

Les coups de cœur Orlando et La Petite Fille au bout du chemin

OrlandoDe Sport Respirant Hommes Maille Weweya Conception Max Chaussures hQrdCst de Sally Potter. L’histoire d’un jeune noble anglais qui promet à la Reine Elisabeth 1er de ne jamais vieillir. Orlando traverse les époques, vit de ses amours et d’aventures. Le film de Sally Potter est resté dans les mémoires pour le tour de force esthétique et l’interprétation enfiévrée de Tilda Swinton, la belle androgyne. Orlando s’apprécie comme une expérience artistique sensationnelle, le plus beau des outils contre l’engourdissement mental mais également comme une analyse pertinente du concept d’altérité qui parfois s’invite durant notre existence. Il n’y a pas d’âge pour sortir du placard ! Un pur bijou qu’il faut voir et revoir.

La Petite Fille au bout du chemin. Roman culte de Laird Koenig. Thriller culte de Nicolas Gessner. L’histoire de Ryn qui vit retirée dans une maison isolée en compagnie de son papa, ou qui tente de le faire croire. Si La Petite Fille au bout du chemin ne ménage pas les hommes et leur coutumière arrogance, le film dresse le portrait d’une Amérique paternaliste et réactionnaire jusqu’aux bouts des ongles. On sort rincés devant les scènes de harcèlement et les tentatives de son héroïne pour se soustraire des griffes de la gente masculine. La force de cette œuvre s’explique par la direction des comédiens et comédiennes, Jodie Foster et Martin Sheen en tête, et la tension palpable de la première à la dernière seconde. Un film générationnel qui aujourd’hui ne pourrait plus être produit.MarquesBasket BallerinesChaussures HommeFemmes HommeFemmes MarquesBasket MarquesBasket HommeFemmes BallerinesChaussures HommeFemmes MarquesBasket MarquesBasket BallerinesChaussures HommeFemmes BallerinesChaussures BallerinesChaussures XuPwOikZT

 

Un cinéma léger ! Le coffret 10 DVD Jean Rouch

Jean Rouch s’inscrit comme l’un des plus grands cinéastes français, initiateur d’un courant appelé « Le Geste cinématographique » qui s’évertue à raconter le monde de la façon la plus réaliste possible. Le fameux geste cinématographique prend sa source dans la volonté de poser sa caméra là où il est impossible de mentir, là où la vérité éclate.
Ce formidable coffret, et c’est peu de chose de le dire, regroupe pas loin d’une trentaine de courts, moyens et longs métrages qui se déclinent en trois chapitres.

Le premier chapitre intitulé « Ethnofictions » -qui s’étale du début des années 70 jusqu’au début des années 90- met l’accent sur la vie quotidienne dans la société villageoise nigérienne. On y voit tour à tour le conseil tribal régler les affaires de la communauté sur la place du village, frères et cousins disserter et se chicaner autour de l’appartenance familiale, territoriale et des valeurs de l’amitié. Et puis des témoignages plus graves et bouleversants, quand il s’agit d’évoquer le douloureux sujet du SIDA et de l’épidémie qui frappe absolument toutes les strates de la société africaine. La parole taboue se libère, enfin.

Le deuxième chapitre « Rituels traditionnels et modernes (1960-1996) » présente cette fois-ci l’influence notable de la société politique et religieuse ivoirienne, nigérienne et malienne sur les modes de vie, qu’ils soient issus des zones rurales ou des zones urbaines. Les travaux de Rouch, qui s’intéressent autant aux individus représentant l’autorité qu’aux escortes de fidèles, tendent à nous faire comprendre que le continent africain dans sa globalité tente coûte que coûte de préserver ses racines dans des traditions séculaires pas vraiment en adéquation avec les « nouvelles sales habitudes consuméristes » venues d’occident. Le ver est dans les fruits, de ça nous en sommes convaincus. Dans le salon d’une maison, lors de funérailles, durant un mariage, les anciens dieux et les nouveaux démons s’invitent à la fête et provoquent des causeries endiablées ! L’Afrique est vivante !

Le troisième et dernier chapitre « Promenades et Portraits (1960-1997) » s’intéresse aux alter ego de Rouch (notamment son pote Raymond Depardon) et aux institutions du 7ème art. Ces déambulations « méta » rappellent à notre bonne mémoire les immersions de Frederic Wiseman dans les grands lieux de la culture mondiale. Il a été reproché à Rouch sa niaiserie et un léger penchant à la culture Banania. Si nous devons lui reconnaître une grande qualité, serait celle de s’intéresser aux petites gens.
Un coffret « somme » absolument indispensable.

 

Coffret 5 DVD Il était une fois… Hollywood

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Hollywood sans jamais oser le demander, voilà comment pourrait s’appeler le coffret Il était une fois … Hollywood. Clara et Julia Kuperberg reviennent sur l’âge d’or du cinéma américain dans un déluge d’images d’époque et d’analyses (10X53’) ciselées autour de sujets comme la censure, l’influence des femmes, la mafia, les scandales, les gossip girls, les espions, les icônes féminines et masculines, les anges déchus et la ville de Los Angeles vue comme la cité du film noir. Bref une vraie thèse de doctorat avec possibilité d’obtenir en supplément son agrégation. Les très nombreux témoignages de cinéastes défunts et vivants (Dieu merci, ils sont vivants !), romanciers, photographes et autres artistes ayant participé de près ou de loin à la légende apportent chacun à leur manière leur pierre à l’édifice d’Hollywoodland. On peut penser que rien ne change à Babylone ! Ces 10 films documentaires rappellent à quel point Hollywood est une usine à rêve et la plus belle des fabriques à cauchemar. La visite guidée des coulisses nous laisse pantois car à l’instar de la recette du boudin noir il ne fait pas bon savoir qui égorge les cochons. Une certitude, derrière l’écran de cinéma se trame des intrigues encore plus hallucinantes que les œuvres projetées. Il n’y a pas mieux, ou pire, que la réalité racontée toute crue. Voir Il était une fois … Hollywood avant le nouveau film de Quentin Tarantino !

 

Le coffret Youssef Chahine

Je termine ce long papelard sur la sortie du coffret Youssef Chahine. Le cinéaste égyptien, chantre de la liberté et de la modernité, n’a jamais cessé avec ses œuvres de donner de l’air frais à son grand pays, prisonnier de la folie des hommes, des religieux et des dictateurs. Pour que sa voix porte, le cinéaste a essentiellement offert la parole aux femmes et aux penseurs. Tout pour emmerder les détenteurs du pouvoir ! L’Autre, Le Destin, Silence… on tourne méritent d’être redécouverts. Surtout par les temps qui courent !

Mots-clés : actualités, documentaire, Hollywood, Youssef Chahine
0

Mandy, de Panos Cosmatos

Par
Alessandro Rizzo
15 février 2019Classé dans : FilmsCasual Plates L'automne Blanc Printemps Noir Cuir Bottes Femme W9IEDH2

Nicolas Rage

Il était une fois un bucheron taiseux et dévoué qui vivait un amour fusionnel avec une femme fragile et torturée qui portait sur elle les stigmates d’un passé douloureux. Alors qu’ils se croyaient protégés de tous les dangers du monde dans leur somptueuse bicoque forestière, les tourtereaux vont être violemment éjectés de leur paradis sylvestre le jour où Madame Mandy croise la route d’une vilaine secte crypto-christique dirigée par un ex-chanteur de rock FM assujetti à une bande de bikers mutants qui se chauffent au LSD…

Avant d’esquisser la moindre tentative d’analyse rationnelle, il est important de dire que Mandy est une création improbable et inconfortable tirée de la matière grise en surchauffe du fils d’un des barons de l’action movie US des années 1980, réalisateur à ses heures des « stallonesques » Rambo II et Cobra. Mais aussi que Mandy est un spectacle son et lumière tordu et abscons qui imprime la rétine à mesure que son poison narcotique se déverse sur l’écran ; un acte radical répulsif et jouissif qui éjecte les spectateurs de la salle comme du pop corn ; un revenge movie psychédélique taillé pour décevoir les adeptes du cinéma sévèrement burné de papa Cosmatos ; une montée d’acide de deux heures, et sans descente, qui rappelle parfois les grands films barrés de Ken Russell (Tommy, Les Diables, Au-delà du réel…). Enfin, Mandy est une fable sordide qui n’attendait que Nicolas Cage pour exister… (Lire la suite…)

Mots-clés : Etats-Unis, gore, Nicolas Cage, vengeance
0

Le palmarès du 26e Festival de Gérardmer

RobesMaisonamp; Ligne JardinHigh Lightinthebox De Achat Tech En Yb76yfg
Par
Grand Écart
4 février 2019Classé dans : Films

La planète part en sucette, les nazis reprennent du poil de la puppet, les enfants violés sont des zombies et la fibre optique nous bouffe la vie, l’identité devient un problème quand la nature reprend ce qu’elle sème… Voilà quelques-unes des réjouissances que réservait la sélection dépressionnaire (la neige et la pluie sont tombées en masse) de cette 26e édition du Festival du film fantastique de Gérardmer.

 
Résultat des courses : la Suède avec ses deux films en compétition et une armée de fachos à l’échelle 1/100e font une OPA sur le palmarès, sans que l’on n’y trouve rien à redire.

 

 

Grand Prix

The Puppet Master : Pop corn movie de sensibilité grolandaise scénarisé par deux Suédois (encore !).

Prix du jury ex aequo

Aniara : Après la Terre, direction la mort (en version suédoise).
The Unthinkable : Champion de la soirée réalisé par un collectif de jeunes (suédois) plein d’avenir.

Prix de la meilleure musique

The Puppet Master : Et un joli vase en cristal pour Fabio Frizzi, maître italien du genre.

Prix de la critique

The UnthinkableRobesMaisonamp; Ligne JardinHigh Lightinthebox De Achat Tech En Yb76yfg : Maîtrise, inventivité, sincérité, efficacité. Les critiques ont adoré ce cocktail (suédois).

Prix du public

The Puppet Master : Tout le monde a bien ri.

Prix du jury jeunes

The Unthinkable : Les jeunes aiment les jeunes.

Prix du jury Syfy

The Witch : Escapade coréenne.

Prix du court métrage

Diversion : Bon courage pour la suite.

Et une pensée sincère pour les oubliés du palmarès que sont The Dark et Lifechanger.

Mots-clés : fantastique, Gérardmer, palmarès
Basket Pour Nike Pas Cher Low Femme Sd Rose Blazer LqSGjzpMVU
Les derniers articles
  • 127 février 2019

    Le panier garni de l’hiver 2019

    Chaque année, les éditions Montparnasse se décarcassent pour nous offrir des films et des documentaires classés en « Haute Qualité Cinématographique », une certification qui garantit aux…

  • 015 février 2019

    Mandy, de Panos Cosmatos

    Nicolas Rage Il était une fois un bucheron taiseux et dévoué qui vivait un amour fusionnel avec une femme fragile et torturée qui portait sur elle les stigmates d’un passé…

  • Soldes Chaussure Soldes Fred chaussures Homme Perry Sport iTkwuPZlOX
    04 février 2019

    Le palmarès du 26e Festival de Gérardmer

    La planète part en sucette, les nazis reprennent du poil de la puppet, les enfants violés sont des zombies et la fibre optique nous bouffe la vie, l’identité devient un…

  • 02 février 2019

    The Unthinkable, de Crazy Pictures

    Alex vit avec ses parents, Anna et Bjorn, dans un petit village suédois. Alex a du mal à exprimer ses émotions, la faute à un père taiseux et bourru, incapable lui-même de dire à son…

  • 02 février 2019

    Cube, de Vincenzo Natali

    Grand Prix au carré Grand Écart est à Gérardmer, pour la 26e édition du Festival du Film Fantastique. Pour l’occasion, on a décidé de retourner dans le passé, et d’explorer…

  • 02 février 2019

    Phantasm, de Don Coscarelli

    La saga d’une vie Grand Écart est à Gérardmer, pour la 26e édition du Festival du film fantastique. Pour l’occasion, on a décidé de retourner dans le passé, et d’explorer…

  • 01 février 2019RobesMaisonamp; Ligne JardinHigh Lightinthebox De Achat Tech En Yb76yfg

    Dachra, d’Abdelhamid Bouchnak

    Tunisie interdite – Parfois chez Grand Écart, on n’est pas d’accord. Projeté au 26e Festival du film de Gérardmer, Dachra, premier long-métrage du réalisateur tunisien Abdelhamid Bouchnak, a…

  • 01 février 2019

    La Fiancée de Chucky, de Ronny Yu

    Grand Écart est à Gérardmer, pour la 26e édition du Festival du film fantastique. Pour l’occasion, on a décidé de retourner dans le passé, et d’explorer ce qu’il s’y passait il y a 20 ans…

  • 01 février 2019

    7 choses que l’on voulait vous dire sur… Escape Game

    Escape Game, c’est un peu comme le Métropolis à Rungis. 5 salles, 5 ambiances. Une sorte de Cube Leader Price avec quelques décors pas mal, mais beaucoup d’artifices bidon. Mais…

Articles plus anciens
  • Grand Écart, site d’étirements cinéphiles
    Le cinéma est un lieu paradoxal parce que c'est quand il n'y a plus de lumière qu'on a envie d'y rentrer. Grand Écart assume la contradiction, comme celle d'encenser Felix Van Groeningen en œuvrant pour le rattachement de la Wallonie à la France (ou pas), de suivre l'actualité du cinéma en temps réel sans pour autant chroniquer toutes les merdes en salle (et vice versa), d'aimer l'Hara-Kiri de Kobayashi sans renier l'auteur de son remake, Takashi Miike (et inversement). Donc non (oui), vous n'irez pas sur Grand Écart pour des avis tranchés, ni pour des opinions fades, ni pour vous indiquer quoi voter. Mais vous verrez qu'ici tout est permis, même de ne pas parler de cinéma. On assume, on vous l'a dit plus haut.
  • RobesMaisonamp; Ligne JardinHigh Lightinthebox De Achat Tech En Yb76yfg
  • Recevez nos derniers articles


    Asics Trail 2000 Pas Cher Kaki 6 M Homme Plasmaguard Gt 80PknOw

  • Au hasard des répliques…
    Les acteurs, je trouve ça con [...] C'est vrai vous leur dites de rire, ils rient, vous leur dites de pleurer, ils pleurent, vous leur dites de marcher à quatre pattes, ils le font. Moi je trouve ça grotesque [...] ce ne sont pas des gens libres.

    Le Redoutable de Michel Hazanavicius, 2017

    » Encore plus de répliques

  • Pense-bêtes
    • 30/01-3/02 : 26e Festival du film fantastique de Gérardmer
      28 janvier 2019 | Pas de commentaire
    • Retour sur le Ciné-Quiz #2019 aux Toiles de Saint-Gratien
      20 janvier 2019 | 1 commentaire
    • 19/01 : Ciné-Quiz au cinéma Les Toiles à Saint-Gratien
      14 janvier 2019 | Pas de commentaire
  • Rubriques
  • Fonds de placard
    • #62 : Avec Lady Terminator, la parité, ça vous gagne !
      13 septembre 2016 | Pas de commentaireRobesMaisonamp; Ligne JardinHigh Lightinthebox De Achat Tech En Yb76yfg
    • #61: Moussaka bien se tenir !
      10 mai 2015 | Pas de commentaire
    • #60 : se piquer de Mosquitoman !
      05 avril 2015 | Pas de commentaire
  • Commentaires récents
    • JNB dans Le panier garni de l’hiver 2019
    • LEFEL dans Retour sur le Ciné-Quiz #2019 aux Toiles de Saint-Gratien
    • JBL1960 dans Miscellanée #11 : Valérie Mairesse et Andreï Tarkovski
    • Cédric dans L’Homme qui tua Don Quichotte, de Terry Gilliam
  • Mots-clés
    acid     adaptation     adolescence     Allemagne     BeigeHomme Le Coq Baskets Sportif Femme Montantes kXuZPiOTamour     Angleterre     Belgique     biopic     Canada     chef‑d'oeuvre     comédie     comédie dramatique     Croisette    RobesMaisonamp; Ligne JardinHigh Lightinthebox De Achat Tech En Yb76yfg documentaire     drame     Etats‑Unis     fantastique     femme     festival     film d'animation     Forum des images     France     guerre    
    RobesMaisonamp; Ligne JardinHigh Lightinthebox De Achat Tech En Yb76yfg
    Gérardmer     horreur     humour     interview     Italie     Japon     nanar     palmarès     polar     politique     Quinzaine des réalisateurs     sang     science‑fiction    Rieker Printemps Été 2019 PacificTennis N42r8 14 Marine Chez Bleu 6f7ybvYIg sexe     thriller     télévision     western    
  • Tweets de @grandecart
  • Citations
  • Badges Ciné
  • Apichatpong
  • Partenaires
  • Facebook
  • RobesMaisonamp; Ligne JardinHigh Lightinthebox De Achat Tech En Yb76yfg
  • Twitter
  • Flux RSS
  • Archives
  • Plan du site
  • Qui sommes-nous ?

Copyright © 2011-2016 Grand Écart. Tous droits réservés. Contactez-nous